Samedi décembre 16th 2017

Catégories

Citations Henri Bergson

Henri Bergson (1859-1941)

Citations Henri Bergson : « 79 Citations de Henri Bergson »

Florilèges citations d’Henri Bergson (1859-1941) philosophe français. Il fait de l’intuition le seul moyen de connaissance de la durée et de la vie. Parmi l’ensemble de son œuvre on peut noter l’Evolution créatrice publiée en 1907 et Les Deux Sources de la morale et de la religion en 1932. Il sera prix Nobel de littérature en 1927.

 

« Il n’y a pas de comique en dehors de ce qui est proprement humain. Un paysage pourra être beau, gracieux, sublime, insignifiant ou laid ; il ne sera jamais risible. On rira d’un animal, mais parce qu’on aura surpris chez lui une attitude d’homme ou une expression humaine. On rira d’un chapeau ; mais ce qu’on raille alors, ce n’est pas le morceau de feutre ou de paille, c’est la forme que des hommes lui ont donnée, c’est le caprice humain dont il a pris le moule. »

Henri Bergson, Le rire. Essai sur la signification du comique, Chap.I-1, 1900

 

« Plusieurs (philosophes) ont défini l’homme : un animal qui sait rire. Ils auraient aussi bien pu le définir un animal qui fait rire, car si quelque autre animal y parvient, ou quelque objet inanimé, c’est par une ressemblance avec l’homme, par la marque que l’homme y imprime ou par l’usage que l’homme en fait. »

Henri Bergson, Le rire. Essai sur la signification du comique, Chap.I-1, 1900

 

« Le rire n’a pas de plus grand ennemi que l’émotion. »

Henri Bergson, Le rire. Essai sur la signification du comique, Chap.I-1, 1900

 

« Le comique exige […], pour produire tout son effet, quelque chose comme une anesthésie momentanée du cœur. Il s’adresse à l’intelligence pure. »

Henri Bergson, Le rire. Essai sur la signification du comique, Chap.I-1, 1900

 

« Il semble que le rire ait besoin d’un écho. Écoutez-le bien : ce n’est pas un son articulé, net, terminé ; c’est quelque chose qui voudrait se prolonger en se répercutant de proche en proche, quelque chose qui commence par un éclat pour se continuer par des roulements, ainsi que le tonnerre dans la montagne. Et pourtant cette répercussion ne doit pas aller à l’infini. Elle peut cheminer à l’intérieur d’un cercle aussi large qu’on voudra ; le cercle n’en reste pas moins fermé. Notre rire est toujours le rire d’un groupe. Il vous est peut-être arrivé, en wagon ou à une table d’hôte, d’entendre des voyageurs se raconter des histoires qui devaient être comiques pour eux puisqu’ils en riaient de bon cœur. Vous auriez ri comme eux si vous eussiez été de leur société. Mais n’en étant pas, vous n’aviez aucune envie de rire. »

Henri Bergson, Le rire. Essai sur la signification du comique, Chap.I-1, 1900

 

« Un défaut ridicule, dès qu’il se sent ridicule, cherche à se modifier, au moins extérieurement. Si Harpagon nous voyait rire de son avarice, je ne dis pas qu’il s’en corrigerait, mais il nous la montrerait moins, ou il nous la montrerait autrement. Disons-le dès maintenant, c’est en ce sens surtout que le rire « châtie les mœurs ». Il fait que nous tâchons tout de suite de paraître ce que nous devrions être, ce que nous finirons sans doute un jour par être véritablement. »

Henri Bergson, Le rire. Essai sur la signification du comique, Chap.I-2, 1900

 

« Ce que la vie et la société exigent de chacun de nous, c’est une attention constamment en éveil, qui discerne les contours de la situation présente, c’est aussi une certaine élasticité du corps et de l’esprit, qui nous mette à même de nous y adapter. Tension et élasticité, voilà deux forces complémentaires l’une de l’autre que la vie met en jeu. »

Henri Bergson, Le rire. Essai sur la signification du comique, Chap.I-2, 1900

 

Pages : >Page 1 >Page 2 >Page 3 >Page 4 >Page 5 >Page 6 >Page 7 >Page 8 >Page 9 >Page 10

Réagir à cet article ?