Jeudi août 24th 2017

Catégories

Origine et Histoire de l’expression « Aller au diable Vauvert »

Origine et Histoire de l’expression « Aller au diable Vauvert »

La Place Denfert-Rochereau au début du XXème

Qui diable est ce Vauvert pour qu’une expression à faire frissonner les plus sensibles lui soit associée?

« Aller au diable Vauvert » signifie que l’on va extrêmement loin, dans un endroit reculé, peu accueillant, une sorte de traquenard… c’est congédier quelqu’un sans ménagement. Mais d’où vient cette expression?

Attention au Vauvert

Les débats entre partisans de la majuscule et partisans de la minuscule sont nombreux. Car Vauvert ne se réfère pas à un personnage historique. Ce n’est pas un Barbe bleue de l’époque ou un homme rouge corné. Le terme Vauvert aurait deux explications…

Le château de la rue Denfert-Rochereau à Paris

Remontons au XIe siècle. Le roi Robert II a fait construire un château royal, le château de Vauvert (en référence au « vau vert », ou « val vert » qui est une vallée verdoyante), place Denfert, à Paris. Ne vous méprenez pas, le nom Denfert ne fait pas (encore à cette époque) référence à l’enfer. Son origine provient de « via inférior », la rue inférieure.

C’est lorsque la bâtisse tomba en ruine, que le quartier devint malfamé et dangereux que l’on joua sur le mot « enfer ». Certains prétendirent même que le château était hanté par les diables.

Ajoutez cela les rumeurs de château maudit suite à l’excommunication du roi Philippe Auguste dans ces murs, et vous obtiendrez les prémices de l’expression « aller au diable Vauvert ».

De Nicolas Bonfons à Saint-Foix, jusqu’à nos contemporains

La légende autour du château et de ses habitants s’est transmise au fil des siècles pour que l’on emploie plus sérieusement l’expression, au XVe siècle. C’est Nicolas Bonfons, un libraire-imprimeur parisien, qui raconte cette histoire en 1561. Les siècles passant, chacun l’enrichit.

Saint-Foix, en 1754, narre l’existence d’un « monstre vert avec une barbe blanche, moitié homme, moitié serpent, toujours prêt à s’élancer sur les passants avec sa massue »…

Aujourd’hui l’expression est beaucoup utilisée dans le milieu du sport. Elle met en avant le fait que les joueurs d’une équipe vont devoir puiser dans ses ressources pour remporter la victoire, car elle ne sera pas facile. C’est affronter de redoutables adversaires, peut-être un peu fourbes, tel un diable…

Un lieu très éloigné

« Aller au diable Vauvert s’entend également pour parler d’un lieu très éloigné dans lequel on se trouve. Cette connotation moins cruelle de l’expression tient son histoire du sanctuaire Notre-Dame de la Vallée(toujours pour parler d’un « vau vert » cette vallée verdoyante), dans le Gard, où les pèlerins en direction de Saint-Jacques de Compostelle séjournaient une nuit après une longue journée de marche.

A vous désormais de (ré)utiliser « Aller au diable Vauvert » selon l’usage que vous voulez lui donner, et de la propager autour de vous. D’un lieu reculé, peu sûr, elle s’entendra partout!

FB pour SavoiretCulture.com

Réagir à cet article ?