Jeudi août 24th 2017

Catégories

Le chef routier Seguin de Badefol

Seguin de Badefol : un chef routier

Seguin de Badefol, un chef routier pendant la guerre de Cent Ans

Combats et pillages dans un royaume meurtri

Seguin de Badefol commandait des troupes de routiers pendant la guerre de Cent Ans. Il était la bête noire des populations: attaques de villes, pillages, massacres,

Livre de Bernard Descroix sur Seguin de Badefol

demandes de rançon étaient à l’ordre du jour.

Seguin de Badefol était un chef routier pendant la guerre de Cent Ans. Né en 1330, il mourut assassiné par Charles le Mauvais, son ancien employeur, en 1366. Seguin commandait pas moins de deux mille routiers, c’est-à-dire des mercenaires privés d’emploi qui se livraient à toutes sortes d’exactions.

La Guerre de Cent Ans, qui opposa Français et Anglais de 1337 à 1453, vit se créer des Grandes Compagnies, c’est-à-dire des troupes de mercenaires payées par un employeur (le plus souvent, un grand seigneur) pour combattre le camp ennemi. Chaque troupe était commandée par un capitaine. Seguin de Badefol, qui, en tant que cadet de sa famille, ne pouvait hériter des armes et des terres paternelles, prend le commandement de l’une de ces troupes pour se faire un nom.

Le traité de Brétigny, signé en 1360, impose la dissolution des Grandes Compagnies, et tous ces mercenaires se retrouvent donc sans travail. Ce sont eux que l’on appelait les routiers, car ils appartenaient à des routes.

Les routiers, même s’ils ont existé pendant une longue période du Moyen Âge, ont été particulièrement nombreux pendant la guerre de Cent Ans, qui, ponctuée de combats, connaissait aussi des périodes de paix. Pendant ces périodes de paix (et surtout après le traité de Brétigny), les routiers étaient donc privés d’employeurs et étaient livrés à eux-mêmes: leur principal souci était de se procurer des revenus. Ces groupes de mercenaires, sans argent, mais munis d’armes et entraînés au combat, vivaient au détriment des habitants et se permettaient toutes sortes d’exactions, dignes de soudards.

Seguin de Badefol, en tant que mercenaire, participe à la bataille de Poitiers en 1356 puis, en 1360, après le traité de Brétigny, envahit le Rouergue, le Languedoc, le Toulousain et le Roussillon. En 1362 et 1363, Seguin, assisté de son ami Bertucat, pille Saint-Flour puis le Languedoc. En 1364, il chevauche avec Charles le Mauvais, prétendant au trône de France, puis s’en retourne piller le Lyonnais et le Mâconnais. Toujours à la tête d’une troupe nombreuse de routiers, Seguin de Badefol organise avec ses soldats des razzias en Auvergne. Au vu de ses exploits militaires et de ses pillages, Seguin provoquait la crainte de toutes les villes qui voyaient s’approcher son étendard. Certaines lui paient une énorme rançon pour le faire partir. Seguin, plus à la recherche de butin que de prestige militaire, accepte et s’enrichit ainsi.

Après l’occupation de Brioude, qui a duré un an, Seguin se retire avec les richesses qu’il a accumulées et retourne vivre en Gascogne, sa région natale. Il se rend ensuite en Navarre, pour réclamer son salaire à Charles II. Celui-ci, plutôt que de le payer, lui fait servir des fruits confits empoisonnés. Seguin meurt à l’âge de 34 ans.

SC pour SavoiretCulture.com

Réagir à cet article ?