Jeudi mai 23rd 2019

Catégories

Citations Maurice Blondel

« La pensée offre cette triple existence : fondée dans les êtres, elle est, en outre et à la fois, réalité subjective, subsistance originale et promouvante. »
Maurice Blondel, La Pensée, Tome 1, Introduction, sect. I, 1934
« Parce que le monde n’est et ne peut pas être un tout suffisant, il ne saurait demeurer stable, saturé, immobile, compact, tout identique à lui-même. C’est sa tendance même vers l’unité et l’achèvement qui détermine la diversification des moyens, le devenir multiforme, la pluralité des initiatives, et toute cette histoire infiniment poursuivie non plus seulement sous la loi d’un déterminisme stabilisateur, mais sous celle d’un dynamisme propulseur qui domine toutes les sciences, comme toute la nature, selon une formule d’entropie et d’irréversibilité. »
Maurice Blondel, La Pensée, Tome 1, Chap. I, 1934
« C’est au plus infime fondement de l’univers qu’il importe de marquer la fissure à combler, la fissure par où doit passer tout le développement de la vie et de la pensée. »
Maurice Blondel, La Pensée, Tome 1, Chap. I, 1934
« Prétendre que les êtres sont posés chacun en leur fixité et que le monde est comme une collection de choses, simultanément ou successivement subsistantes, comme des essences  fixes ou même comme une évolution multiforme, c’est donc méconnaître la solidarité qui forme un drame historique. C’est se condamner à ignorer la genèse spirituelle qui, dès les plus lointaines origines, travaille la nature entière pour conduire tout le devenir à se rattacher à la fin suprême ; seule, cette fin pourra en effet conférer aux ébauches de réalité une consistance et une perfection répondant au vœu implicite de la nature, si incapable qu’elle soit de le réaliser par elle-même. »
Maurice Blondel, La Pensée, Tome 1, Chap. I, 1934
« On en revient à l’enfantine imagination du mythe oriental qui représente l’univers comme porté sur le dos d’un éléphant, porté lui-même sur la carapace d’une énorme tortue, portée elle-même sur l’immensité d’un mystérieux océan. C’est de ce mouvant océan, où nous plongeons et dont les courants secrets nous conduisent, que nous avons à rendre compte et à prévoir les rives pour y faire aborder notre pensée. »
Maurice Blondel, La Pensée, Tome 1, Chap. II, 1934
« Ce n’est pas toujours du temps perdu que d’explorer une impasse. On est plus sûr du vrai chemin après avoir fait fausse route, tenté les accès clos, fait  effort pour ouvrir des portes simulées. »
Maurice Blondel, L’Être et les êtres, Préambule. Sect. II, 1935
« Comment comprendre que des êtres contingents puissent comporter des initiatives, des qualifications, des responsabilités absolues elles-mêmes? C’est donc tout le réalisme de l’universelle destinée, toute l’architecture de l’être qui est mise en question par ce problème qui domine justement tous les autres ; et c’est avec raison que l’antique sagesse philosophique avait pris son fondement dans une science de l’être, non sans voir en même temps qu’elle est aussi la clef du problème de la vie humaine et de notre destination suprême. »
Maurice Blondel, L’Être et les êtres, Préambule. Sect. V, 1935
« Ce n’est point notre pensée, ce n’est point notre action qui nous semblent contenir ou réaliser l’être que nous sommes ou les êtres que nous connaissons, que nous utilisons, que nous  produisons ; mais c’est l’être qui spontanément apparaît comme le réservoir du penser, du connaître, de l’agir. »
Maurice Blondel, L’Être et les êtres, Préambule. Part.I, Chap.I, 1935
« L’être est en effet ce qui, sans s’émietter dans la durée ou l’étendue, persiste, subsiste et consiste en s’alimentant, en transformant sa nourriture, en se coagulant pour ainsi dire dans une solidarité avec tous ses états propres et toutes les autres réalités : solidum quid et, pour reprendre le terme augustinien, solidificatio. »
Maurice Blondel, L’Être et les êtres, Préambule. Part.I, Chap.I-2, 1935

Pages : >Page 1 >Page 2 >Page 3 >Page 4 >Page 5

Reader Feedback

One Response to “Citations Maurice Blondel”

  1. Paulo dit :

    Bonjour

    Que de citations de Maurice Blondel – 4 pages complète dans le texte.

    Merci beaucoup.

    Ma citation préférée de cette auteur :
    Le besoin de l’homme, c’est de s’égaler soi-même.

    Une citation qui n’a rien perdue au fil des années.

    En prime voici 100 citations d’auteurs sur l’écriture en générale :
    http://autres-talents.fr/autoedition/Conseils/100-citations-auteurs-ecriture–5,54.html

    Paulo

Réagir à cet article ?