Mercredi avril 1st 2020

Catégories

Citations sur l’Art

« Le but de la religion est donc la satisfaction effective, pratique, de tous nos désirs d’une vie idéale, bonne et heureuse à la fois, – satisfaction projetée dans un temps à venir ou dans l’éternité. Le but de l’art, au contraire, est la réalisation immédiate en pensée et en imagination, et immédiatement sentie, de tous nos rêves de vie idéale, de vie intense et expansive, de vie bonne, passionnée, heureuse, sans autre loi ou règle que l’intensité même et l’harmonie nécessaires pour nous donner l’actuel sentiment de la plénitude dans l’existence. »

Jean-Marie Guyau, L’art au point de vue sociologique, préface, 1887

« L’art est un ensemble méthodique de moyens pour produire cette stimulation générale et harmonieuse de la vie consciente qui constitue le sentiment du beau. »

Jean-Marie Guyau, L’art au point de vue sociologique, Partie I , 1887

« Une œuvre d’art est toujours par quelque côté un portrait, et dans ce portrait, en y regardant bien, nous reconnaissons quelque chose de nous. »

Jean-Marie Guyau, L’art au point de vue sociologique, Partie I , 1887

« L’art est une extension, par le sentiment, de la société à tous les êtres de la nature, et même aux êtres conçus comme dépassant la nature, ou enfin aux êtres fictifs créés par l’imagination humaine. L’émotion artistique est donc essentiellement sociale; elle a pour résultat d’agrandir la vie individuelle en la faisant se confondre avec une vie plus large et universelle. Le but le plus haut de l’art est de produire une émotion esthétique d’un caractère social. »

Jean-Marie Guyau, L’art au point de vue sociologique, Partie I , 1887

« L’art poursuit deux buts distincts : il cherche à produire, d’une part, des sensations agréables (sensations de couleur, de son, etc.), d’autre part, des phénomènes d’induction psychologique aboutissant à des idées et à des sentiments de nature plus complexe (sympathie pour les personnages représentés, intérêt, pitié, indignation, etc.), en un mot, tous les sentiments sociaux. Ces phénomènes d’induction sont ce qui rend l’art expressif de la vie. »

Jean-Marie Guyau, L’art au point de vue sociologique, Partie I , 1887

« Le véritable objet de l’art c’est l’expression de la vie. »

Jean-Marie Guyau, L’art au point de vue sociologique, Partie I , 1887

« Le grand art est celui qui traite la nature et la vie non en illusions, mais en réalités, et qui sent en elles le plus profondément non pas ce que l’art humain peut le mieux rendre, mais ce qu’il peut au contraire le plus difficilement traduire, ce qui est le moins transposable en son domaine. Il faut comprendre combien la vie déborde l’art pour mettre dans l’art le plus de vie. »

Jean-Marie Guyau, L’art au point de vue sociologique, Partie I , 1887

« L’art est ainsi une condensation de la réalité; il nous montre toujours la machine humaine sous une plus haute pression. Il cherche à nous représenter plus de vie encore qu’il n’y en a dans la vie vécue par nous. L’art, c’est de la vie concentrée, qui subit dans cette concentration les différences du caractère des génies. Le monde de l’art est toujours de couleur plus éclatante que celui de la vie : l’or et l’écarlate y dominent avec les images sanglantes ou, au contraire, amollissantes, extraordinairement douces. »

Jean-Marie Guyau, L’art au point de vue sociologique, Partie I , 1887

« Tout art est un effort pour reproduire en perfectionnant. L’art primitif essayait d’embellir la réalité; il la faussait souvent; l’art moderne essaie de l’approfondir. »

Jean-Marie Guyau, L’art au point de vue sociologique, Partie I , 1887

« L’artiste entend la nature à demi-mot; ou plutôt; c’est elle-même qui s’entend en lui. L’art exprime ce que la nature ne fait que bégayer. »

Jean-Marie Guyau, L’art au point de vue sociologique, Partie I , 1887

« Rechercher l’art pour lui-même, ce n’est donc pas rechercher exclusivement l’art pour sa forme; c’est l’aimer aussi pour le fond qu’il enveloppe. »

Jean-Marie Guyau, L’art au point de vue sociologique, Partie II , 1887

« Celui qui ne connaît pas la distraction de l’art et qui est tout à fait réduit à la bestialité ne connaît plus guère qu’une distraction au monde : manger et boire, boire surtout. »

Jean-Marie Guyau, L’art au point de vue sociologique, Partie II , 1887

Pages : >Page 1 >Page 2 >Page 3 >Page 4

Réagir à cet article ?