Mardi décembre 6th 2022

Catégories

Citations de Victor Brochard

Citations Victor Brochard:« 25 citations de Victor Brochard »

Florilège citations de Victor Brochard (1848-1907), philosophe français. Agrégé de philosophie en 1872, puis docteur ès lettres en 1879, avec sa thèse : « De l’erreur ». Il se spécialise dans l’histoire de la philosophie ancienne. Après plusieurs année comme professeur de philosophie en lycée, il sera nommé en 1886, maître de conférence à l’Ecole normale supérieure puis il deviendra quelques années après professeur d’histoire de la philosophie ancienne à la Sorbonne. En 1900, il sera élu membre de l’Académie des sciences morales et politiques. Il a publié de nombreux articles de qualité dans la Revue philosophique dont : De la croyance en 1884 et La morale ancienne et la morale moderne en 1901.

« La vérité est, dans chaque circonstance, ce que doit penser tout esprit semblable au nôtre, si on le suppose dégagé de toute prévention et de toute passion. Nous pensons la vérité lorsque nous pensons comme individus ce que nous devons penser comme hommes. »

Victor Brochard, De l’erreur, 1879

« Il n’est rien qui soit plus véritablement à nous que nos erreurs. »

Victor Brochard, De l’erreur, 1879 

« La certitude est un cas particulier de la croyance, une espèce de croyance. »

Victor Brochard, De l’erreur, 1879

« L’œuvre propre du philosophe est de chercher la certitude ; c’est à elle seule qu’il a affaire. »

Victor Brochard, De la croyance, dans la Revue philosophique, 1884

« La théorie, trop facilement acceptée, qui distingue jusqu’à les opposer la certitude et la croyance, est elle-même fort contestable. Généralement, on évite d’insister sur ce point : il semble qu’on s’en réfère au sens commun pour reconnaître entre la certitude et la croyance une différence spécifique. Mais peut-être ne faudrait-il pas insister beaucoup auprès du sens commun pour obtenir de lui l’aveu qu’après tout, être certain est une manière de croire, et que si on peut croire sans être certain, on n’est pas certain sans croire : en d’autres termes, la croyance est un genre dont la certitude est une espèce. »

Victor Brochard, De la croyance, dans la Revue philosophique, 1884

« C’est par la certitude que nous jugeons de l’évidence : une chose est évidente parce que nous sommes certains ; l’évidence est moins le critérium de la certitude que la certitude celui de l’évidence. »

Victor Brochard, De la croyance, dans la Revue philosophique, 1884

« Il faut en convenir : si c’est dans la plénitude de l’adhésion, ou du consentement, dans l’intensité de l’affirmation et l’ardeur de la croyance qu’on cherche la marque distinctive de l’évidence ou de la vérité, une telle marque n’existe pas. La force avec laquelle on affirme une chose ne sera jamais la preuve que cette chose est vraie. L’erreur serait trop facile à éviter, si entre la certitude et la croyance, il y avait une différence spécifique : ce qui fait justement la difficulté du problème, c’est l’impossibilité où nous sommes de faire cette distinction. La certitude ne peut être en fin de compte qu’une espèce de croyance. »

Victor Brochard, De la croyance, dans la Revue philosophique, 1884

« La vérité réelle est l’accord, non de nos idées entre elles, mais de nos idées avec les choses. »

Victor Brochard, De la croyance, dans la Revue philosophique, 1884

« Il y a des synthèses subjectivement nécessaires : il y a des synthèses objectivement nécessaires : voilà le double critérium correspondant aux deux sortes de vérité. Toutes les fois que l’adhésion sera donnée à l’une de ces synthèses, rien empêchera de l’appeler certitude : ce sera la certitude métaphysique ou logique dans le premier cas, la certitude physique dans le second. Toutes les fois que la vérification ne sera pas possible, a priori ou a posteriori, on se contentera du mot croyance, ou du mot foi. »

Victor Brochard, De la croyance, dans la Revue philosophique, 1884

Pages : >Page 1 >Page 2 >Page 3

Réagir à cet article ?