Vendredi janvier 28th 2022

Catégories

Citations de John Grand Carteret

« Autrefois, aux époques où la diplomatie jouissait encore de tout son prestige, on disait : Les chancelleries ont parlé par leurs organes ; aujourd’hui, la grande diffusion de la presse ayant éparpillé les influences, on se contente, plus modestement, de rechercher l’avis des uns et des autres. »

John Grand Carteret, Les caricatures sur l’Alliance Franco-Russe, 1893

« Là où le journal disparaît, enfoui sous la marée montante du papier, l’image, elle, subsiste ; et puis, aurait-on sous la main journal et même livre, il faut chercher, parcourir colonnes et pages, travail formidable que ne nécessite point la gravure, visible à l’œil nu. »

John Grand Carteret, Les caricatures sur l’Alliance Franco-Russe, 1893

« […] tous les esprits sensés savent  depuis longtemps, que la haine n’est pas éternelle et que deux peuples peuvent parfaitement s’unir étroitement à un moment donné, quoique les hasards les aient, autrefois, poussés l’un contre l’autre. Les alliances politiques changent suivant les circonstances. »

John Grand Carteret, Les caricatures sur l’Alliance Franco-Russe, 1893

« L’hermaphrodite ! C’est-à-dire l’être qui n’est ni mâle ni femelle, ne sait lequel des deux sexes choisir, et finit par se les octroyer tous deux, conformément à la croyance ancienne qu’il est un personnage jouissant de la faculté de remplir, tour à tour, les fonctions de l’un et de l’autre. »

John Grand Carteret, La femme en culotte, 1899

« Ce qu’il faut combattre, ce qu’il faut déraciner, c’est le cléricalisme, qui n’a rien à faire avec le christianisme ; le cléricalisme, qui sape les bases de tout pouvoir civil, qui est la négation même de l’esprit national puisqu’il engage les citoyens d’un pays à obéir servilement aux ordres de l’étranger ; qui permet à un archevêque, hier encore fonctionnaire de l’Etat, de venir, crosse en main et mitre en tête, déclarer qu’il n’obéira pas à la loi parce que son chef de Rome la réprouve et la condamne. »

John Grand Carteret, Contre Rome – La bataille anticléricale en Europe, 1906

« […] renverser le cléricalisme ce n’est pas porter atteinte à une croyance religieuse, ce n’est pas violer la liberté de conscience : c’est proclamer de façon définitive qu’il ne peut pas y avoir en un pays deux organisations administratives ; que s’il plaît à une Eglise de se dire universelle, cette universalité est pure affaire de dogme religieux ; c’est continuer l’œuvre commencée par les révolutions antérieures ; c’est affirmer une fois pour toutes que le pouvoir civil est le seul gouvernement des nations modernes. »

John Grand Carteret, Contre Rome – La bataille anticléricale en Europe, 1906

« La grosse erreur de la Papauté est de croire à l’éternité de certains principes, à l’immobilité de certaines formes hiérarchiques. »

John Grand Carteret, Contre Rome – La bataille anticléricale en Europe, 1906

« […] le temporel et le spirituel ne peuvent plus être réunis sous la même autorité, mais encore la société future, chaque jour émancipée de plus en plus, chaque jour jouissant d’un domaine plus étendu grâce aux découvertes de la Science, ne peut plus s’accommoder d’une religion qui, par ses principes surannés, quoiqu’elle ait pu varier sa morale et dans ses dogmes, prétend faire rétrograder l’humanité, et voudrait la maintenir en tutelle. »

John Grand Carteret, Contre Rome – La bataille anticléricale en Europe, 1906

« […] l’homme des sociétés modernes tient avant tout aux satisfactions terrestres. Et tout autres sont ses recherches de l’au delà : résolument et hardiment, il marche à la conquête de la Vitesse, à la conquête de l’Air, à la conquête des Eaux. Il a découvert, parcouru, inventorié les continents solides, il lui faut maintenant conquérir les éléments ; il vise à devenir homme-éclair, homme-poisson, homme-oiseau. Voilà sa religion, celle de la Science et du Progrès, qui en vaut bien une autre, ce me semble. »

John Grand Carteret, Contre Rome – La bataille anticléricale en Europe, 1906

Voir aussi: Les citations de Elie Faure

Pages : >Page 1 >Page 2

Réagir à cet article ?